Fiche Poisson N°02. La filtration de votre aquarium

La Filtration de votre Aquarium

Quel que soit le type d’aquarium que vous possédez, et quelles que soient les espèces et le nombre de poissons et de plantes qui y sont hébergés, la filtration de l’eau est indispensable. En effet, très rapidement un certain nombre de déchets organiques vont s’accumuler, polluant l’eau et compromettant le bon équilibre biologique de votre aquarium et la santé de ses pensionnaires. Ces déchets sont visibles à l’œil nu (débris végétaux, restent alimentaires, déjections animales…), mais également invisibles : ce sont les déchets azotés, qui sont responsables de l’augmentation du taux d’ammoniac et de nitrates dans l’eau, et qui sont bien évidemment nuisibles à la santé de vos poissons.

 

Les deux principes fondamentaux de la filtration.

Il existe deux types de filtration : la filtration mécanique, et la filtration biologique. En pratique, ces deux types de filtration se font en général simultanément et au même endroit. Nous les séparons ici pour une meilleure compréhension.

 

  • La filtration mécanique.

Il s’agit de filtrer et de débarrasser l’eau de votre cuve de tous les débris visibles à l’œil nu. Pour cela, on fait passer l’eau sous pression à travers une masse filtrante, de différents types possibles, ces déchets y restant alors emprisonnés. Cette filtration peut se faire dans l’aquarium lui-même, ou à l’extérieur.

 

  • La filtration biologique.

 

Cette filtration est réalisée par l’exploitation de bactéries dites dé nitrifiantes : elles utilisent les déchets azotés pour leur métabolisme, et en débarrassent ainsi votre aquarium. En règle générale, ces bactéries colonisent  naturellement les masses filtrantes mécaniques, que ce soit le sable ou le substrat lui-même, ou toute autre matière filtrante utilisée.

 

Les différentes méthodes de filtrage.

 

  •  La filtration sous sable. 

C’est une méthode simple, économique, utilisée classiquement pour les petits aquariums (<60 litres ). Une plaque de même surface que le sol de l’aquarium, percée de petits trous, est disposée sous le sable ou le substrat. Ces plaques sont généralement en plastique. Ses rebords permettent de légèrement la surélever par rapport au fond de la cuve afin de favoriser une bonne circulation de l’eau. Un tube vertical contenant la pompe est fixé sur la plaque afin d’assurer le retour de l’eau filtrée vers la partie supérieure de l’aquarium. C’est le sable ou le substrat lui-même, utilisé comme tamis, qui fera office de filtre. La pompe aspire l’eau filtrée située sous la plaque, ce qui crée une dépression, attirant alors l’eau de dessus qui, aidée par la gravité, est filtrée par le sol et se retrouve sous la plaque, pour à son tour être aspirée par la pompe.

 

Le sable ou le substrat est rapidement colonisé par les bactéries dé nitrifiantes, qui assureront le filtrage biologique.

Cette méthode a néanmoins l’inconvénient d’être partielle et il existe des matières qui ne seront pas entièrement dégradées : il faudra donc, très régulièrement, vider votre aquarium et nettoyer entièrement et profondément le sable ou le substrat, afin de le débarrasser des déchets filtrés qu’il aura accumulé.

 

  • La filtration verticale

Ce type de configuration est d’un entretien facile. Les filtres sont constitués généralement d’une cuve cylindrique. L’eau aspirée passe à travers une ou plusieurs masses filtrantes puis est rejetée dans l’aquarium. Un tube de même hauteur que la cuve et percé de trous est placé au centre des masses filtrantes pour augmenter les surfaces en contact avec l’eau. Ce type de filtration est utilisé pour les aquarium de taille moyenne. ( < 100 l)

 

  • Le filtre gouttière, ou filtre sec ou filtre à ruissellement 

Il s’agit de la méthode la plus performante. Elle est utilisée pour les aquariums de grande taille. Une pompe aspire l’eau en dehors de l’aquarium, soit  dans la  galerie d’éclairage situé au-dessus, soit dans un autre bac situé sous l’aquarium principal. L’eau traverse ensuite plusieurs masses filtrantes, puis est rejetée dans l’aquarium. Le retour de l’eau dans l’aquarium se fait généralement sous forme de pluie ou de cascade, ce qui provoque un bruit qui stimule la reproduction de plusieurs espèces de poissons (simulation de la saison des pluies).

 

Les matières filtrantes

  • Le perlon 

C’est une matière très utilisée, de couleur blanche, facile à nettoyer, mais qu’il faut changer régulièrement.

  • Le filtre de polyuréthanne 

 C’est la matière la plus utilisée. Très résistante à l’immersion prolongée, elle se nettoie très facilement comme une éponge à l’eau claire. Il est conseillé de la remplacer tous les trimestres.

  • Les tubes de céramique 

Leur caractéristique est d’être très facilement colonisés par des bactéries dé nitrifiantes grâce à leur grande porosité.

  • Le charbon actif 

De par ses qualités adsorbantes exceptionnelles, il est utilisé ponctuellement et temporairement  pour lutter contre les mauvaises odeurs de l’eau. Il perd très vite son efficacité.

Pour les gros systèmes de filtration, on aura avantage à utiliser simultanément plusieurs matières filtrantes. ( tubes de céramique + charbon actif par exemple, ou tubes de céramique + filtre de polyuréthanne)

 

Le flux de filtration.

Le flux de filtration dépend de la puissance de la pompe, mais aussi de la compacité de la matière filtrante. On choisira et on réglera le flux de filtration en fonction de la population de poisson présente dans la cuve, des plantes et de la dimension de l’aquarium. Certains poissons consomment beaucoup d’oxygène (Cichlidés) ou d’autres ont un grand besoin de courant : il faudra choisir un débit de filtration de 3 ou 4 fois le volume du bac par heure, voire plus pour certaines espèces très polluantes. A l’inverse, les poissons plus petits, ou plus calmes et fragiles ne devront pas subir un flux supérieur à 1 ou 2 fois le volume du bac par heure. Pour les aquariums riches en plantes (qui consomment du dioxyde de carbone et rejettent de l’oxygène par photosynthèse), un fort débit (très oxygénateur) n’est pas recommandé.

Dans tous les cas, n’oubliez pas de placer une crépine à l’embouchure de l’aspiration pour éviter d’aspirer les poissons les plus petits (alevins). D’autre part, ne nettoyez pas toutes les masses filtrantes simultanément de façon à laisser le temps aux bactéries dé nitrifiantes de coloniser le matériau nettoyé à partir du matériau encore sale.

 

Précédent

Suivant